LA DIVERSIFICATION EN QUESTIONS… deuxième volet

Aujourd’hui, on parle à nouveau diversification 🙂

Nous avons débuté la diversification de Mini-Piou fin décembre. Avec son reflux, nous tentons de solutionner le problème avec une alimentation plus solide.
Nous avons de la chance, il y a du mieux et Mini-Piou est intéressé par les repas à la cuillères avec une nette préférence pour les compotes.

Petit rappel concernant mes articles sur le thème de la diversification :
– Cette série d’articles n’a pas pour but de vous indiquer dans quel ordre et en quelles quantités introduire les différents groupes d’aliments dans l’alimentation de votre bébé.
– Il s’agit d’un témoignage des principes appliqués pour Piou et de retours d’expérience d’amies de tous horizons.
– Dans tous les cas, je vous invite à consulter le référent médical qui suit votre enfant.

 

diversification_alimentaire

 

Notre méthode

 

Pour moi la diversification a été une question de survie avec mes deux fils. Le traitement anti-reflux n’étant pas suffisant le passage aux purées a été un vrai soulagement.
Il n’en demeure pas moins que j’avais quelques craintes tant on lit tout et son contraire.
A l’époque de Piou le médecin qui assurait son suivi n’était pas d’un conseil extra-ordinaire, il n’avait d’ailleurs pas identifié le reflux malgré mes demandes insistantes. Notre pédiatre actuelle a été en accord avec la méthode que j’avais mise en place pour Piou, j’ai donc renouvelé pour mini-Piou.

Je commence par proposé des légumes le midi. Un légume, le même sur 4 jours consécutifs en dose de 30g maximum.
Pour le début de la diversification j’enlève la peau et les pépins, pour faciliter la digestion. Leur estomac est déjà mis à mal avec le reflux autant éviter d’accentuer le travail demandé.

J’ai commencé avec un légume simple au goût doux : la courgette. Je ne commence pas par les compotes car il y a plus de chance d’avoir des difficultés avec les légumes qu’avec les fruits 😉
Nous intégrons les compotes au bout d’un mois sur le goûter en suivant la même méthodologie.

D’une façon générale, je n’ajoute pas systématiquement de l’eau aux légumes avant de les mixer. Et j’en ajoute par touche en mixant entre chaque ajout afin que la purée soit bien lisse. Par exemple, pour la courgette, cela n’est vraiment pas utile alors que les carottes ou les haricots verts nécessiteront l’ajout d’eau avant d’être mixés en purée lisse.

Les repas sont complétés par un biberon de lait. Par exemple, pour un bébé qui prenait avant un biberon de 180ml, je propose 30g de purée ou compote + 150ml de lait infantile.

Si le bébé montre des signes de faim au bout de quelques jours/semaines, je propose 30g de purée en plus et diminue le lait de 30ml.
J’ai essayé d’écouter mes fils et de respecter leurs besoins nutritionnels propres même si bien sûr il existe un cadre moyen indiqué notamment dans le carnet de santé.


 La progression

Lorsque je parle de légumes , j’exclue les  pommes de terre et autres féculents.
Les légumes sont déjà plus rassasiants que le lait infantile donc je les introduis plus tard.
Pour mes fils, nous avons introduit la viande et le poisson à 6 mois, ils n’avaient pas encore eu de féculents.
Pas de céréales infantiles non plus parce que nous n’en avons pas eu besoin (en tout cas pour l’instant pour mini-Piou). J’ai testé pour Piou et la pédiatre m’a indiqué qu’il était assez « vieux » pour avoir de la purée le soir, nous avons donc sauté le pas.

Les herbes aromatiques ont été intégrées au légumes progressivement dès que nous avons fait « le tour » des légumes vers les 6 mois.
Au même âge, j’ai également introduit le curcuma, pour ses propriétés anti-oxydantes étant donné qu’il est ajouté en très faible quantité, que nous en consommons tous les jours et que j’ai allaité mes fils, ils y avaient donc été exposés.

 

idées de menu de Piou 1 coquillettes, tomates, lardons de bacon, menu enfant, menu bébé, diversification, pesto de fanes

 

Intégrer la diversité culturelle

 

C’est LA question que vous avez été nombreuses à me poser et je vous ai répondu en privé.
Je vais essayer aujourd’hui de résumer nos échanges ici. La diversification a pour objectif d’amener bébé à partager le repas de la famille. Il faut donc intégrer les éléments « exotiques » selon vos habitudes en prenant en compte le risque allergique.
Par exemple si vous ne consommez jamais de mangue, il n’est pas indispensable d’en donner à votre bébé. Respectez bien les consignes médicales qui sont de ne pas exposer bébé aux aliments dits exotiques avant 1 an.

Si au contraire, vous mangez régulièrement une alimentation ethnique, n’hésitez pas à introduire progressivement et relativement rapidement des épices et autres saveurs.
J’ai surtout intégré la patate douce lorsque nous étions encore au stade des purées car elle ne devient pas élastique lorsqu’elle est mixée longuement à l’inverse de la pomme de terre 😉
J’ai aussi intégré d’autres tubercules exotiques car je souhaitais qu’il soient familiers avec la nourriture Antillaise même si nous ne mangeons pas Antillais tous les jours.

Dans certains pays, comme les Pays Bas, si vous avez allaité votre enfant de façon exclusive durant 6 mois et que vous mangez épicé, il vous est conseillé d’intégrer les épices dès les débuts de la diversification.
Beaucoup de maman se posent moins de questions pour le second et vont plus vite sur l’intégration des aliments. Cela n’est pas mon cas. Autant la diversification de Piou m’a parue évidente, autant celle de mini-Piou qui me semble plus bébé que son frère au même âge me pose questions.

En revanche, j’intègre les aliments riches en vitamine A, surtout en hiver, afin de les aider à préserver leur peau.

 

diversification 2 ans céréales, raisins secs, poulet potiron

 

En résumé

On écoute son cerveau et son bébé 🙂
Certains auront besoin de plus de temps alors que d’autres iront très vite. Le plus important est d’être logique et de ne pas céder à la pression sociale 😉

Je n’ai pas testé la diversification à la demande, dans notre contexte cela n’était pas judicieux. Je ne saurais dire si dans un cadre « classique » j’aurais franchi le pas.

Bon c’est un peu sérieux mais promis le prochain volet dévoilera quelques trucs et astuces que j’ai appliqués 😉

 

Bon appétit à vos Pioux donc !

 

© Dansmonnid.

Advertisements

2 réponses à “LA DIVERSIFICATION EN QUESTIONS… deuxième volet

  1. Bonjour,

    On s’ est rencontrées sur les salon de blog culinaire et on avait déjà papoté de tout ça. Aya a été allaitée jusqu’à 7 mois (pas en exclusif) et notre médecin nous a fait attendre ses 6 mois avant de diversifier. Chez nous la pomme de terre en petite quantité a vite été ajoutée. Dans les compotes c’est souvent vanille, cannelle ou anis étoilé. La puce se régale. Elle a maintenant 20 mois et découvre pleins de textures. Article très intéressant en tout cas. Des bisous
    Isabelle

    • Merci Isabelle. Oui je me souviens de notre discussion 🙂
      Avec Mini-Piou je commence les herbes comme je ne l’ai allaité que 3 mois et qu’il a a priori un terrain allergique.
      Je ferai de façon plus progressive.
      Merci pour le commentaire et bonne journée
      Karen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s